Skip to content

Les Cocktails.

Les BOHEMIAN DRINKS sont des cocktails classiques, basés sur des recettes vieilles de 150 ans. Ce sont des apéritifs et des digestifs classiques, ou tout simplement des drinks pour toute la nuit. Ils rendent aussi hommage aux années 1920.

Ces drinks vintage haut de gamme sont prêts à boire, c’est-à-dire que vous pouvez les déguster partout et à tout moment - dans un niveau de qualité élevé et constant que l’on retrouve seulement dans les bars sélects de première classe..

Mais un cocktail en bouteille peut-il vraiment être aussi bon qu'une création fraîchement mixée ? Non. Il est bien meilleur. Et ceci avant tout pour deux raisons. Premièrement nous ne faisons appel qu'aux meilleurs spiritueux, à des ingrédients naturels et à des arômes purs. Et deuxièmement, tous ces ingrédients peuvent mieux s'harmoniser en bouteille. À l'instar d'un bon vin parvenant à maturité en bouteille, nos cocktails se bonifient également grâce au « bottle aging » ou vieillissement en bouteille.

Les BOHEMIAN DRINKS sont des cocktails classiques, basés sur des recettes vieilles de 150 ans. Ce sont des apéritifs et des digestifs classiques, ou tout simplement des drinks pour toute la nuit. Ils rendent aussi hommage aux années 1920.
The recipes for classic cocktails were first published in the 1860s by one of the few professional bartenders in New York. His manual, still considered as the bartenders' bible, also contains the first instructions for pre-bottling cocktails. It is the origin of our classics, the BOHEMIAN DRINKS.
The BOHEMIAN DRINKS are an homage to the 1920s, a period of upheaval in the world. During this time, these cocktail classics experienced a great renaissance in the metropolises of Europe: Berlin, London and Paris. Hotel bars were a meeting-place for the "Lost Generation - the Bohemians: writers, intellectuals, people of art and culture, fashion and design.” The Bohemians enjoyed luxury and high-quality time.
BOHEMIAN DRINKS, inspired by the Bohemians, represent enjoyable and luxurious cocktail experience. We believe that our drinks proven that anything is possible when you have passion and refuse to compromise on quality.

C’est l’ancêtre des cocktails. Sa création dans les années 1830 marque l’heure ZÉRO de l’ère du cocktail. Dans la culture des bars, il est considéré comme le « Saint Graal » et représente près de deux siècles d’histoire du cocktail.
Sa recette rappelle fortement le bon vieux OLD FASHIONED : un spiritueux à forte teneur en alcool comme base, affiné d’un peu de sucre, d’eau glacée et d’un bitter. Mais si ces deux classiques ne se distinguent que par quelques détails, ceux-ci font toute la différence : le cognac XO longuement vieilli, le choix du bitter, le choix des zestes et, surtout, cette note d’absinthe, marque de fabrique du SAZERAC

LE DRINK DONT SONT FAITES LES LÉGENDES

La Nouvelle-Orléans est le lieu de naissance du drink. C’est là qu’un apothicaire créole, souhaitant populariser ses bitters, les servit tout d’abord mélangés à du cognac et du sucre. Plus tard, de l’absinthe a été ajoutée à ce mélange. Et progressivement, le SAZERAC est devenu l’un des cocktails à l’absinthe les plus appréciés à travers le monde.

Au terme d’un long processus de vieillissement de notre cognac XO, lequel parvient patiemment à maturité en France, conservé dans des fûts en cerisier, nous avons le plaisir de vous présenter notre BOHEMIAN DRINT N° 0, mis en bouteille avec le respect qu’il mérite.

Si vous voulez déguster ce « tout premier » cocktail selon le rite originel, vous devez prendre à cœur la recette originale : Cognac XO, bitters, sucre et absinthe. Servi « on the rocks » dans un tumbler, bien sûr, et garni d’un zeste de citron, notre COCKTAIL SAZERAC est un vrai régal.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_0_THE_SAZERAC_COCKTAIL_Cocktail
01_The_Martini_Cocktail (2)

Très souvent désigné comme étant le « roi des cocktails », le MARTINI COCKTAIL est considéré comme un proche parent du Martinez. Depuis qu’il fut mentionné dans le Manuel du Barman, publié en 1888, on compte autant de récits narrant son origine que de recettes de sa composition.
Après avoir combiné les premiers martinis avec du vermouth sucré, les saveurs âpres gagnèrent en popularité au début du XXe siècle, et influencèrent ainsi le MARTINI COCKTAIL classique. Aujourd’hui, le gin et le vermouth constituent la composition privilégiée.
Ce short drink intemporel se savoure de manière classique dans un verre à martini pré-réfrigéré. Une olive verte ou le zeste d’un citron non traité parachèvent cette création. Le zeste est ajouté au drink comme garniture, après en avoir libéré les huiles essentielles par torsion. L’olive peut être servie dans le MARTINI ou de manière séparée.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_2_THE_OLD_FASHIONED_Cocktail

À en croire son nom, rien d’étonnant que l’on situe la période de sa création au XVIIIe siècle. Lorsque l’on déguste le OLD FASHIONED, nul besoin toutefois de se replonger avec nostalgie dans des temps révolus, on les revit !
Malgré son nom, ce cocktail est loin d’être dépassé et vieux jeu, et reste même l’un des derniers à raviver cette renaissance des cocktails des années 1920. Au début, pour sa préparation, on imbibait un morceau de sucre de quelques gouttes d’Angostura que l’on faisait dissoudre avant d’ajouter le whisky et de remplir le verre de glace. Pour parfaire le Old Fashioned, on ajoutait autrefois un peu d’eau gazeuse : un véritable classique qui va sans dire du fait de sa couleur sépia nostalgique et du nom qui lui fut donné.
Aujourd’hui, cette création à base de bourbon, de sirop de sucre et de bitter aromatique, se boit dans un tumbler rempli de glace. Vaporiser ensuite des huiles essentielles d’un zeste d’orange qui, pour terminer, garnira le tout.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_3_THE_MANHATTAN_Cocktail

On pourrait qualifier le MANHATTAN de classique innovant : il fut en effet l’un des premiers cocktails à avoir été modifié en y ajoutant du vermouth, ce qui lui conféra l’attribut « Roi des boissons au vermouth ».
Ce classique est considéré avoir été créé au plus tard en 1884, puisque c’est cette année-là que la première recette du MANHATTAN fut consignée par écrit.
Depuis cette date, le MANHATTAN se prépare à partir de bourbon, de vermouth italien et de bitter aromatique. Servi dans un verre à martini réfrigéré, aromatisé et garni d’un zeste d’orange, on se sent quitter notre époque trépidante pour être ramené aux temps historiques de cette culture new-yorkaise des bars.

Negroni Tumbler Iceball

Le NEGRONI est et restera un aperitivo classique de notre époque, et naturellement originaire du pays auquel nous devons cette culture de l’apéritif. Nous tenons donc à remercier par ailleurs Fosco Scaselli de Florence. Sans la création de ce barman, obtenue tout à fait par hasard, nous aurions aujourd’hui un cocktail apéritif classique de moins à vous présenter. Mais heureusement, en 1920, il servit à l’un des clients habitués un Americano dans lequel il remplaça l’eau gazeuse par du gin. Le client, un certain comte Camillo Negroni, fut emballé. Et nous le sommes tout autant !
Depuis, ce cocktail n’a cessé de gagner en popularité, et constitue, avec le Martini et le Manhattan, le « Triple Crown » ou le trio de rois des cocktails classiques.
Ce cocktail, composé de gin, de liqueur amère italienne rouge et de vermouth italien, sera parfait dégusté dans un tumbler rempli de glaçons, aromatisé et garni d’un zeste d’orange.

05_TheRustyNail

Grand classique des contrastes, le RUSTY NAIL combine depuis 1937 les côtés suaves et les côtés plus amers de la vie. Mais en dépit de son nom, il est loin d’être un clou rouillé. Ce cocktail est particulièrement apprécié parmi les amateurs de whisky, qui le dégustent de manière classique comme digestif.
Ce parfait équilibre entre le scotch et une liqueur de whisky mielleuse se savoure de préférence dans un tumbler on the rocks, aromatisé d’huiles essentielles d’un zeste d’orange, les zestes garnissant le tout.

06_TheGinGimlet

Si l’on en croit la tradition de la marine britannique, le GIN GIMLET est considéré depuis la fin du XIXe siècle comme le « cocktail des gentlemen ».
Comment ce nom lui fut précisément donné reste cependant incertain. Une histoire raconte que le nom de Gimlet fait référence à l’outil du même nom utilisé par un charpentier de bateau. Notre préférence va cependant à cette anecdote, selon laquelle Sir Thomas Gimlette, médecin de bord de la Marine royale britannique, administrait comme remède à ses patients du gin et des limes.
Mais quoi qu’il en soit, une chose est sûre : même si cette création à base de gin et de sirop de jus de lime peut avoir vu le jour dans un univers typiquement masculin, elle fera toutefois toute aussi bonne figure parmi la gent féminine, servie dans une coupette réfrigérée, aromatisée et garnie d’un zeste de citron.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_7_THE_VESPER_Cocktail

Le VESPER est un cocktail typiquement jamesbondien ; en effet, l’agent 007 a baptisé ce cocktail du nom de son grand amour : « Je crois que je vais appeler ce cocktail « Vesper ». – En raison de son arrière-goût amer ? – Non… car quand on y a goûté, on n’a envie de rien d’autre. »
Nous tenons donc à remercier Ian Fleming. D’une part pour cet agent secret très classe, mais surtout pour ce cocktail composé de gin, de vodka et d’un vin apéritif français que l’écrivain inventa en 1953 pour son roman d’agent secret « Casino Royale ».
Cette combinaison parfaite d’arômes suaves et âpres, qui se mélangent sous l’effet conjugué du gin et de la vodka, se savoure avant tout glacée : de préférence dans un verre à martini, aromatisé et garni d’un zeste de citron. Mais attention : préparez-la « à la cuillère, pas au shaker ».

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_8_THE_HANKY_PANKY_Cocktail

1920 – Nous nous trouvons dans le bar américain de l’hôtel Savoy à Londres, et sommes témoins du premier HANKY PANKY. C’est en recherchant le cocktail parfait pour l’un de ses clients habitués que la barmaid Ada Coleman réalisa cette création.
Composé de gin, de vermouth italien et d’une liqueur digestive aux plantes, aux arômes arrondis grâce aux huiles essentielles d’un zeste d’orange, il fut servi dans un verre à martini pré-réfrigéré. La réaction fusa : « By Jove ! That is the real Hanky Panky ! »
Sans autre commentaire, nous retranscrivons ici cette exclamation enthousiaste de l’excentrique Charles Hawtrey dont le HANKY PANKY figure jusqu’à nos jours parmi les cocktails classiques les plus populaires.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_9_THE_ROB_ROY_Cocktail

Contrairement au Manhattan, ce cocktail pré-dinatoire créé dans les années 1890 mise sur un scotch d’assemblage avec vermouth italien et bitter aromatique.
Il doit vraisemblablement son nom à une pièce jouée à Broadway, basée sur le roman de Sir Walter Scott « Rob Roy ».
En Écosse, on raconte également que son nom vient de Robert MacGregor, le Robin des Bois écossais. L’histoire dit que ce héros national portait constamment sur lui une flasque à whisky contenant toujours la même mixture.
Peu importe d’où provienne son nom ; s’il y a bien une chose qui fait l’unanimité, c’est que le ROB ROY se sert directement dans un verre à martini réfrigéré et garni d’un zeste d’orange.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_10_THE_MARTINEZ_Cocktail

On suppose que le « père du martini » fut créé vers la fin du XIXe siècle et qu’il fait le lien entre les cocktails sucrés classiques, comme le Manhattan, et les créations plus âpres comme le Martini.
Nous ne disposons d’aucuns éléments précis concernant sa création, mais les amateurs déclarés du MARTINEZ l’attribuent à un certain Julio Richelieu. Nous adhérons à cette thèse et remercions Julio d’avoir, en 1874, servi à un mineur de fond en route vers la cité de Martinez, en Californie, un cocktail composé de Old Tom Gin, de vermouth italien, de liqueur de marasquin et de bitter. À partir des années 1890, on consomma de préférence des cocktails secs. C’est ainsi que l’on remplaça le Old Tom Gin d’alors, aux saveurs sucrées, par un London Dry Gin sec.
Jusqu’à ce jour, le MARTINEZ se déguste de la manière suivante : servi dans un verre à martini réfrigéré auquel on ajoute un zeste d’orange.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_11_THE_BOULEVARDIER_Cocktail

C’est à la période de la Prohibition aux États-Unis que nous devons le BOULEVARDIER. Les barmen américains furent obligés de se réorienter et optèrent pour l’étranger. Après un détour par Londres, la Prohibition conduisit le New-yorkais Harry McElhone à Paris, où il ouvrit son légendaire Harry’s New York Bar.
Il y servit des cocktails datant d’avant la Prohibition ainsi que de nouvelles créations qu’il perfectionnait en y ajoutant des ingrédients européens. Ce fut le cas du BOULEVARDIER, composé de bourbon whiskey, de liqueur amère italienne rouge, et de vermouth italien. En 1927, Harry publia dans son livre de recettes celle du cocktail signature de l’éditeur du magazine du même nom « The Boulevardier », et client habitué.
Aromatisé et garni d’un zeste d’orange, il se sert dans un tumbler réfrigéré.

AVANTGARDE_SPIRITS_COMPANY_12_THE_BAMBOO_Cocktail

C’est en 1880 que l’Allemand Louis Eppinger, considéré comme le « Père du service de bar au Japon », créa cet apéritif d’excellence à l’intention des clients internationaux du New Grand Hotel, établissement historique de Yokohama.
Eppinger était avant tout réputé pour ses créations extraordinaires, pour lesquelles il savait combiner à la perfection les ingrédients les plus divers. Cette composition harmonieuse de sherry sec, de vermouth sec français et de bitter rassembla une large communauté de fans qui ne se limitait pas au Japon.
Dans le monde entier, le « Japan’s Sherry Amour », comme on appelle également le BAMBOO, se déguste dans un verre à martini réfrigéré, aromatisé et garni d’un zeste d’orange.